Nos origines

Thérèse Bertherat, la fondatrice

Thérèse Bertherat a mis au point l’Antigymnastique®  au début des années 70 à la suite de circonstances bien particulières.
Il y a tout d’abord, en 1967, le décès brutal de son mari, Yves Bertherat, brillant psychiatre tué par un de ses patients. Veuve à 36 ans, avec deux enfants en bas âge à élever, elle doit impérativement gagner sa vie et décide de suivre des études de kinésithérapie.

Mais très vite, c’est la déception. La sécheresse et la rigidité de l’enseignement où « l’on étudiait le corps muscle par muscle, os par os, mais jamais dans son ensemble, toujours en pièces détachées, même chose pour les traitements » (in Le corps à ses raisons), conduisent Thérèse Bertherat vers d’autres voies thérapeutiques.

Sa rencontre avec Françoise Mézières en 1972 sera déterminante. En effet, cette dernière a élaboré une vision révolutionnaire de l’anatomie et envisage le corps comme une totalité dont chaque élément dépend de l’autre.

Thérèse Bertherat se forme à sa méthode mais ne s’arrête pas là et poursuit ses propres recherches.
Elle étudie et analyse d’autres thérapies corporelles : la bio-énergie, l’eutonie, le rolfing, la gestalt, l’acupuncture, les théories de la médecine chinoise qui viennent compléter ses connaissances des grands psychanalystes de Freud à Jung en passant par les travaux de Wilhelm Reich.

Mais surtout, Thérèse Bertherat travaille avec ses élèves et met peu à peu à point sa méthode, l’Antigymnastique® qu’elle développe dans le monde entier en formant des praticiens.

1-Portrait Thérèse et Marie BERTHERAT
Thérèse Bertherat et Marie Bertherat

Aujourd’hui, après avoir longtemps exercé comme praticienne de l’Antigymnastique® auprès de sa mère, sa fille, Marie Bertherat a repris le flambeau.

Extrait du Corps a ses raisons

« En ce moment, à l’endroit même où vous vous trouvez, il y a une maison qui porte votre nom. Vous en êtes l’unique propriétaire, mais il y a très longtemps, vous en avez perdu les clefs. Ainsi, vous restez dehors, ne connaissant que la façade.

Vous ne l’habitez pas. Cette maison, abri de vos souvenirs les plus enfouis, refoulés, c’est votre corps. (…)

On nous dit qu’il faut que le corps se fortifie, qu’il faut suer et transpirer. Alors pour avoir la forme, on enfourche son vélo, on se pend à l’espalier, on s’essouffle au jogging, on empoigne les haltères.

Ce qu’il faudrait faire, c’est d’abord ouvrir les yeux et se donner la peine de regarder notre corps pour comprendre comment il fonctionne ».

Thérèse Bertherat, Le Corps a ses raison, éditions du Seuil, Paris.

Nos livres

AG PLAQ FORM Visuel livres

Traduits en une quinzaines de langues les livres de Thérèse Bertherat et Marie Bertherat posent un autre regard sur le corps, remettent en question les idées reçues à son sujet et présentent une méthode respectueuse du corps.

image-origines-3
Le Corps a ses raisons, Thérèse Bertherat, en collaboration avec Carol Bernstein (Editions du Seuil, 1976)

image-origines-4
Courrier du corps, Thérèse Bertherat en collaboration avec Carol Bernstein (Editions du Seuil, 1981)

image-origines-5
Le Repaire du tigre, Thérèse Bertherat (Editions du Seuil 1989, Lexitis Editions 2011)

image-origines-7
Ma leçon d’Antigym, Marie Bertherat et Thérèse Bertherat (Editions Eyrolles, 2013)

Les Saisons du corps, Thérèse Bertherat (Albin Michel, 1985- épuisé)

Et pour se préparer à la naissance :

image-origines-6
A corps consentant, Marie Bertherat, Thérèse Bertherat et Paule Brung (Editions du Seuil 1996, Lexitis Editions 2012)